nata copieSéminaire de l’EA CLIMAS organisé par Clara Mallier (maître de conférences en littérature américaine à l’Université Bordeaux III) et Arnaud Schmitt (professeur en littérature américaine à l’Université Bordeaux IV).

Le premier lundi du mois de 10h à 12h, salle n°3 au premier étage de la MSHA.

 

Objectifs :

Le projet de ce séminaire est né du goût de ses organisateurs pour la narratologie et de leur désir de réaliser une « cartographie » de ce champ si vaste et fécond qui ne cesse de se renouveler. Pour ce faire, nous nous proposons de revisiter les concepts essentiels de la narratologie classique et post-classique, dont certains méritent d’être réévalués et parfois amendés afin de les adapter à la grande diversité de la production littéraire internationale récente. Parler de narratologie classique nécessite de faire une distinction entre la narratologie continentale (représentée par des critiques tels que Mieke Bal, Gérard Genette, Monika Fludernik, Tzvetan Todorov, Claude Brémond ou encore Franz Stanzel et Barbara Herrnstein-Smith), dont l’approche pourrait être qualifiée de taxinomique et hyper-structuraliste car elle consiste à lister tous les niveaux narratifs à travers l’étude de la voix et de la focalisation, et la narratologie nord-américaine (Wayne Booth, Dorrit Cohn, James Phelan, Gerald Prince, Seymour Chatman ou encore Susan S. Lanser) qui se veut davantage tournée vers le lecteur, l’événement de la lecture et son contexte, ce qui la rapproche des théories de la réception.L’histoire de la narratologie peut également être envisagée de façon diachronique : à la période « classique » succède alors une période « post-classique »[1] qui, d’une part, élargit son champ aux arts visuels et, d’autre part, n’hésite plus à thématiser (en devenant féministe, cognitive, post-coloniale…) et à contextualiser. Néanmoins, l’ambition première de la narratologie demeure de créer des modèles explicatifs [2] dont l’étude sera au cœur de ce séminaire.

Notre souhait est de fédérer les enseignants-chercheurs bordelais travaillant dans le domaine de la narratologie ou ayant un intérêt pour ce champ afin de créer un lieu d’échanges et de réflexion, autour de la narratologie des textes mais aussi du cinéma ou de la bande dessinée. Il s’agira de tester et de comparer la productivité des outils d’analyse offerts par les divers courants de la narratologie en les appliquant à des œuvres littéraires ou visuelles, de comparer les textes classiques avec les approches plus récentes, et enfin d’explorer le renouvellement actuel que connaît la discipline par le biais d’une ouverture vers la linguistique et les sciences cognitives.

HugoSéminaire NATA

La séance de clôture de NATA aura lieu le vendredi 5 juin de 10h à 12h dans la salle 3 de la MSHA. Nous aurons le grand plaisir d'entendre Hugo Remark (EA CLARE), qui rédige actuellement une thèse sur la perspective narrative dans les théories françaises et allemandes, et qui fera une présentation ayant pour titre "Où est la focalisation ?". Ce sera donc un retour à des concepts fondamentaux de la narratologie et l'occasion très bienvenue de faire le point sur leur évolution théorique la plus récente.

 

 Voir aussi la vidéo de l'autre intervention de H. Remark

johnpierSéminaire NATA

La prochaine séance de NATA aura lieu le vendredi 22 mai de 10h à 12h dans la salle 3 de la MSHA.

Nous aurons le grand plaisir d'accueillir John Pier, professeur émérite à l'université de Tours, co-directeur du séminaire "Narratologies contemporaines" au sein du CRAL (Centre de recherche sur les arts et le langage, CNRS / EHESS) et auteur de nombreux ouvrages et articles dans le champ de la théorie du récit, dontThéorie du récit. L’apport de la recherche allemande, éd. par John Pier, Thierry Gallepe et al. (2007), Handbook of Narratology, éd. par Peter Hühn, John Pier, Wolf Schmid et Jörg Schönert (2009) et Narratologies contemporaines. Nouvelles approches pour la théorie et l’analyse du récit, éd. par John Pier et Francis Berthelot (2010).

La présentation de notre invité aura pour titre "Analyse du discours et théorie narrative" et traitera de l'articulation entre la recherche francophone contemporaine en analyse du discours et la théorie du récit. En effet, alors que la narratologie est née en France dans les années 1960, elle semble avoir cessé de se développer dans le paysage de la recherche francophone depuis le début des années 1980, laissant la place à une renaissance et une redéfinition du champ dans d'autres pays, sous la forme des nombreux courants de la narratologie dite "post-classique". La conférence de John Pier montrera qu'il existe bien un courant francophone important dans la narratologie contemporaine, doué d'une spécificité marquée, même s'il n'est pas toujours clairement identifié comme appartenant au champ de la narratologie car il se pratique sous le nom d'analyse du discours. Cette séance sera donc d'un intérêt tout particulier pour toutes les personnes qui s'intéressent à la théorie du récit et à la théorie littéraire, et qui souhaitent avoir une vision plus claire de l'inscription de la recherche française contemporaine sur le sujet dans le paysage international. Nous espérons donc vous accueillir nombreux, enseignants-chercheurs, doctorants mais aussi étudiants de Master, pour cette séance qui aura une importante portée métacritique.​

Nous voulions également profiter de cette occasion pour remercier toutes les instances qui nous ont permis d'organiser le séminaire cette année, l'EA CLIMAS, l'EA CLARE, mais aussi l'UFR Langues et civilisations​ qui participe au financement de cette séance.

Séminaire NATA

Lundi 16 mars de 10h à 12h, dans la salle 2 de la MSHA.

​Nous sommes très heureux d'accueillir à cette occasion Monika Fludernik (Université de Freiburg et visiting professor à l'EHESS cette année). Sa conférence intitulée « Towards a natural narratology » reviendra sur son concept de narratologie naturelle, concept clé de la théorie littéraire contemporaine, presque vingt ans après la publication de son texte majeur portant le même titre. La narratologie naturelle étudie le lien entre énoncés et actes de communication quotidiens et figures et formes littéraires, et plus largement esthétiques. Elle pose la question de la nature même de la rhétorique artistique et est donc susceptible d'intéresser ceux et celles d'entre nous qui étudient la linguistique, la littérature mais aussi plus largement tout phénomène discursif.
J'espère que nous serons nombreux à venir l'écouter.

La séance aura exceptionnellement lieu en anglais, mais Monika Fludernik pourra répondre à vos questions en français si vous le souhaitez.